Changes en magie des pieces

 

Changer, c’est substituer secrètement une pièce de monnaie à une autre, et, plus généralement, un objet à un autre. Savoir pratiquer le change est essentiel, attendu qu’il est d’usage, en magie d’emprunter à un spectateur l’objet sur lequel on prétend réaliser une expérience, et que, dans la plupart des cas, il serait très difficile, sinon impossible, d’opérer réellement sur cet objet. Dans un spectacle de magie pour enfants, le magicien utilise quelquefois cette technique de manipulation.

Supposez, par exemple, que vous empruntiez à un spectateur une pièce de 2 Euros et que pour établir la conviction que c’est bien sur cette pièce que votre pouvoir va s’exercer, vous demandiez qu’on la marque afin de la reconnaître sûrement. Comme vous seriez fort embarrassé pour tenir votre parole, il faut que vous ayez à votre disposition le moyen de remplacer, sans que nul s’en aperçoive, cette pièce par une autre.

On réalise cette supercherie par plusieurs procédés, dont les trois principaux sont :

le change par l’empalmage

le change par la coulée

le change au plateau.

 

Change par l’empalmage.

Empalmez dans la main droite, sans que personne s’en aperçoive, une pièce de 2 Euros. Puis prenez avec le pouce et l’index de la même main (dont vous tournerez constamment la partie externe au publie, pour qu’il ne puisse pas apercevoir la pièce empalmée) la pièce marquée; il n’y a là rien de difficile, attendu que l’empalmage ne gène nullement la liberté des doigts.

Votre main droite étant ainsi garnie de deux pièces, l’une visible et l’autre invisible, rapprochez-la de votre main gauche, que vous tiendrez ouverte, la paume horizontale et les doigts verticaux avec leur partie externe tournée vers le public; et, d’un même mouvement, laissez tomber dans votre main gauche la pièce empalmée, tandis que vous ferez glisser la pièce marquée dans l’intérieur de votre main droite, où- vous l’empalmerez vivement.

Change par la coulée.

Ici, on maintient la pièce à substituer dans l’intérieur de la main droite au moyen de l’annulaire et du petit doigt légèrement pliés ; c’est toujours, bien entendu, la partie externe de la main qui est tournée vers le public.

Cette pièce étant ainsi logée, on prend la pièce marquée avec le pouce et, l’index de la main droite et l’on exécute l’opération de la coulée, c’est-à-dire que l’on fait passer la pièce marquée entre l’index et le petit doigt, où elle reste maintenue tandis que la pièce cachée tombe dans la main gauche.

Change au plateau.

Ce procédé a sur les deux précédents l’avantage d’exiger moins de pratique et moins d’habileté; mais il a, par contre, l’inconvénient de nécessiter l’emploi d’un accessoire, ce qui est toujours fâcheux, en ce que l’étonnement des spectateurs est invariablement en raison directe de la simplicité apparente des mouvements et des opérations.

L’accessoire dont nous avons besoin, c’est un plateau, un plateau opaque, en métal ou en porcelaine , d’un diamètre et d’un poids assez faibles pour qu’il soit d’un maniement commode.

Nous appliquerons sous ce plateau, sans que personne s’en aperçoive, la pièce à substituer, que nous maintiendrons parfaitement cachée avec les quatre grands doigts de la main droite. Puis nous présenterons le plateau, bien horizontal. à celui des spectateurs qui doit nous remettre la pièce marquée, et nous le prierons de déposer cette pièce sur le plateau.

Nous rapprocherons avec la main gauche, la pièce marquée du bord du plateau où se trouve notre pouce, et nous mettrons le bout du pouce sur cette pièce pour la maintenir immobile.

Enfin, nous redresserons le plateau, autrement dit. nous donnerons à sa surface plane une position verticale, et, tandis que nous feindrons de laisser tomber dans noire main la, pièce marquée, nous laisserons tomber, en réalité, la pièce à substituer.

Voilà qui est très simple. Si, cependant, l’opération paraissait encore trop difficile, on pourrait avoir recours à un plateau à double fond t. C’est. alors dans le double fond que l’on cacherait la pièce à substituer. La pièce marquée, après avoir été déposée sur le plateau, pénètre dans le double fond par une fente invisible, et la substitution s’opère en poussant une coulisse.

L’adresse ici n’a rien à voir, aussi cette manière de pratiquer le change ne se recommande-t-elle qu’aux novices. Dès que l’on aura acquis paru pratique une habileté de doigts suffisante, il faudra la rejeter comme digne seulement des néophytes.

Les commentaires sont fermés.