Archive de la catégorie ‘Magicien tu seras’

Conseils pour devenir magicien en spectacle

Vendredi 17 août 2018

La magie constitue un art qui s’acquiert. On ne naît pas magicien, on le devient par l’étude, par une pratique qui donne à la fois de la subtilité à l’esprit et de l’adresse aux mains.Même, pour devenir un magicien de premier ordre, il faudrait se résoudre à apprendre les éléments de la physique et de la chimie, afin de tirer parti des phénomènes qu’elles savent produire. On pourrait ajouter que la connaissance de la mécanique est d’un grand secours au magicien, en ce qu’elle lui permet de construire des appareils qui agissent d’eux-mêmes. Mais, pour ce qui nous occupe, ces appareils n’ont qu’une très faible importance, attendu que leur conception exige beaucoup de temps et de recherches, et que leur fabrication est généralement onéreuse.

Ce que nous désirons, n’est-ce pas, c’est parvenir à exécuter, sans un excès d’études préalables, des tours de magie amusants, nous envisageons la magie , non point comme une carrière, mais comme un délassement, et nous lui demandons de rester simple et facile, afin que sa pratique ne dépasse pas les moyens limités d’un néophyte dont la bonne volonté doit le plus souvent tenir lieu de talent et dont le budget n’autorise pas de dépenses exagérées. Nous allons nous inspirez d’un professionnel qui sévit en spectacle enfants Loire. Celui-ci possède une certaine expérience des situations. Nous nous contenterons donc de la réalisation de tours élémentaires; aussi bien, sans viser plus haut, aurons-nous un champ d’action assez vaste.

Avant d’attaquer le sujet, prenons bien nos précautions, mettons tous les atouts dans notre jeu. Apprêtons-nous à nous conformer sans exception aux règles suivantes, auxquelles doit sans cesse obéir tout magicien.

magicien en spectacle, conseil 7

Jeudi 29 mai 2008

7° Gesticulez le moins possible en spectacle: c’est un mauvais expédient que de chercher à cacher ce que l’on fait en agitant continuellement les mains et les bras. Le beau, c’est d’être simple, de paraître toujours naturel et toujours à son aise, d’agir sans fièvre apparente en opérateur sûr de soi.

magicien en spectacle, conseil 9

Jeudi 29 mai 2008

9° Que vos boniments soient invariablement débités dans une langue correcte, sans pédantisme et sans vulgarité. Evitez les plaisanteries d’un goût douteux, les personnalités qui pourraient blesser, les allusions désagréables, les calembours. En un mot, restez toujours de bonne éducation.

magicien en spectacle, conseil 10

Jeudi 29 mai 2008

10° Il va presque sans dire que vous ne devrez risquer aucun tour de magie en spectacle avant d’être certain de le réussir. Vous ne sauriez trop vous exercer d’avance, seul avec vous-même, de manière à ce que vous puissiez, le moment venu, présenter vos expériences avec la grâce que donne la facilité et la confiance en vous-même sans laquelle vous seriez mal à votre aise. Il n’est pas de succès possible sans de sérieuses répétitions.

Installation et accesoires du magicien partie 1

Jeudi 29 mai 2008

Il est évident que le mieux, pour donner une séance, est de disposer d’une salle de spectacle et d’une scène, avec rampe, coulisses et décors. Outre que la représentation gagne au luxe de l’installation et à sa commodité un éclat qui en rehausse les attraits, le magicien est plus à son aise pour opérer et pour soustraire ses trucs à la perspicacité du public. Toutefois, si une scène est utile, elle n’est pas indispensable, et l’on peut fort bien faire un spectacle de magie dans un salon. Dans ce cas, il faudra tirer le meilleur parti possible des moyens dont on dispose. On établira sa table près d’un mur, de manière à ce que le public ne l’entoure pas, et l’on tendra des rideaux (ou des draps, tout simplement) de manière à se ménager des coulisses. Mais , si l’on ne se propose pas d’exécuter des tours nécessitant une coulisse, on supprimera les tentures.

Magicien et sa zone de spectacle

Jeudi 29 mai 2008

Il est bon de placer la table du magicien sur une estrade où l’on se tiendra soi-même, de façon que les spectateurs puissent suivre facilement et sans se lever les moindres détails de la représentation. Une estrade se construit très aisément avec quelques planches supportées par des tréteaux .Pour le bon effet du coup d’oeil, on recouvre ces planches d’un tapis. Si l’estrade est peu élevée, on pourra se dispenser d’y adapter un petit escalier volant dans le cas contraire, cet escalier sera d’une grande utilité : il permettra au magicien lors de son spectacle de magie de descendre de la scène et d’y remonter sans sauter, de se mêler au public quand il le jugera à propos, et, grâce à lui, un spectateur pourra sans peine accéder à l’estrade, quand il y sera invité.

La servante du magicien

Jeudi 29 mai 2008

La table dont vous vous servirez devra être munie de ce qu’en terme de métier on appelle une servante.

Une servante est une tablette fixée derrière la tablé, du côté opposé au public, afin que sa présence ne soit pas soupçonnée. C’est sur elle que l’on dépose les objets qui doivent, au cours de la séance, apparaître et disparaître sans que les spectateurs sachent d’où ils sont sortis et où ils sont allés. Par surcroît de prudence, il est bon de garnir la servante d’un rebord et d’un épais tapis : le rebord empêchera les objets de tomber, le tapis empêchera le bruit que différemment ils produiraient quand on les dépose rapidement sur la tablette.

On peut remplacer la servante par une draperie, ainsi qu’avait coutume de le faire le célèbre prestidigitateur Conus pour le jeu du gobelet.

Dans ce cas, on met sur la table un tapis dont on relève et fixe, du côté opposé au public, les deux coins avec des épingles . C’est dans l’intérieur du pli de ce tapis que le magicien déposera et prendra les objets, suivant qu’ils devront disparaître ou apparaître.

Ayez soin que la table dont vous vous servirez ait sa surface externe à la hauteur des hanches du magicien , afin que vous puissiez prendre un objet dans la servante sans allonger et sans plier le bras d’un mouvement qui n’aura rien de visible et dont personne ne soupçonnera ni l’importance ni même la réalité.

Habit du magicien

Jeudi 29 mai 2008

Quelque riche que soit votre collection d’accessoires, quelque minutieuses que soient les précautions que vous aurez prises avant de paraître en public, vous n’obtiendrez pas un succès complet si vos boniments sont mal faits et si votre attitude est défectueuse en spectacle.

Certes, il n’est pas donné à tout le monde de mettre de l’esprit dans les moindres discours, et l’on n’attend pas d’un magicien des façons de langage exceptionnelles. Mais ce que l’on est en droit d’exiger au moins de lui en spectacle, c’est qu’il s’exprime en un français correct et qu’il soit parfaitement compréhensible.

Compréhensible, c’est-à-dire que l’on saisisse très distinctement chacune de ses paroles. Or, pour arriver à ce but, il n’est pas nécessaire de crier, ni même d’augmenter considérablement l’intensité habituelle de la voix ; ce qu’il faut, c’est surtout articuler très nettement, détacher les syllabes les unes des autres de telle sorte que chacune d’elle ait sa valeur propre, parler lentement sans jamais bafouiller.

Après cela, on tâchera, bien entendu, d’éviter la monotonie dans le débit.

Attitude du magicien

Jeudi 29 mai 2008

Quant à l’attitude, elle ne consiste pas précisément pour le magicien dans le maintien; elle réside surtout dans le geste et dans le regard. Il faut que le geste sache être un trompe-l’œil, il faut que le regard exerce sur les spectateurs une influence réelle.

Par un geste habile, vous pouvez dans votre spectacle de magie, même sans prononcer une parole, faire croire au public une foule de choses qui ne sont pas, en d’autres termes, exécuter les feintes dont l’usage est si fréquent. Il est essentiel de savoir donner à un fait simulé l’apparence de la réalité, Si, par exemple, vous déclarez que vous déposez un objet à un endroit, il faut que vous ayez positivement l’air d’accomplir ce que vous avez annoncé, même et surtout quand tel n’est pas le cas. Savoir feindre est le grand secret des magiciens les plus habiles en spectacle

Baguette magique du magicien

Jeudi 29 mai 2008

Il est de règle qu’un magicien ait une baguette, symbole de son pouvoir. Libre à l’amateur de s’en servir ou de s’en passer. Disons cependant que cet instrument a son utilité dans beaucoup de circonstances; il peut servir, par exemple, à masquer un objet caché dans la main qui le tient. De plus, il donne une contenance; l’opérateur habile en joue avec autant de grâce qu’une dame de son éventail.

Tout le monde sait en quoi consiste la baguette du magicien utilisée lors de son spectacle. C’est un bâton de bois, de forme cylindrique long noire d’environ 40 centimètres, et terminé à ses deux extrémités par des bouts blancs..

12